X
Back to the top

jazz soli

Bonjour à tous,

Afin de vous permettre de continuer à apprendre ce beau langage qu’est le jazz, je vous ai concocté un choix de soli à travailler. Je les ai classés dans un ordre croissant de difficulté. La liste sera étoffée régulièrement aussi n’hésitez pas à venir de temps en temps voir l’évolution de la page.

L’apprentissage d’un langage se fait principalement par mimétisme. En cours nous avons pour l’instant beaucoup parlé de la grammaire et du vocabulaire du jazz. Tous les élèves ont maintenant les capacités d’être leur propre enseignant, avec certes beaucoup d’application et de persévérance, mais tous les outils nécessaires au travail que je vais expliquer ci-après ont été normalement transmis et acquis.

N’hésitez pas à me contacter directement pour toute question relative au travail de ces soli.

Le travail d’un solo permet d’améliorer quantité d’aspects de sa pratique musicale : lecture rythmique et mélodique, association mélodie partition, écoute active, articulation / phrasé, oreille, technique, etc.

Voici la marche à suivre si vous souhaitez tirer tout le potentiel de l’apprentissage d’un solo :

  • Ecoute répétée du solo à travailler. Il faut pouvoir chanter le solo sur l’enregistrement dans un premier temps, puis sans l’enregistrement. Cela prouve que le solo est intériorisé et son travail via la partition sur l’instrument en sera grandement facilité.
  • Ecouter le solo avec la partition. Bien associer les notes entendues aux notes vues et lues. Ne pas hésiter dans un premier temps à lire les notes sans rythme, juste pour bien travailler leur identification. Recommencer jusqu’à ce que la lecture se fasse de manière fluide, sans hésiter sur telle ou telle note.
  • Lire le solo sur l’instrument sans le rythme, s’habituer à associer les notes lues aux notes jouées. Comme pour toutes les étapes précédentes, la répétition est nécessaire et primordiale pour l’apprentissage.
  • Se concentrer sur le rythme : noter les temps, bien repérer où sont jouées les notes dans la mesure. Lire la partition avec le nom des notes, en rythme avec un métronome. La lenteur est votre alliée. Commencer très lentement et accélérer petit à petit. Il faut être sévère avec soi même et ne se satisfaire que d’une lecture sans faute. Les triolets risquent d’être une grande difficulté aussi je vous conseille de bien travailler ce chapitre en parallèle. Une astuce pour les triolets de noires est de bien comprendre que ce sont des triolets de croches dans lesquels on ne joue qu’un triolet sur deux. (ex : un deux trois un deux trois un deux trois un deux trois etc).
  • Commencer à travailler le solo sur l’instrument avec le rythme. Au métronome, très lentement au début puis en accélérant jusqu’à atteindre la vitesse de l’enregistrement. Face à une difficulté, n’hésitez pas à revenir sur les étapes précédentes pour solidifier une phrase mal acquise ou à ralentir le métronome.
  • Quand vous arriverez à jouer le solo avec le métronome d’une manière satisfaisante et à la bonne vitesse viendra le moment de le travailler avec l’enregistrement. Quand vous pourrez jouer le solo en même temps que l’original, tel un calque, alors vous passerez à la dernière étape.
  • Jouer le solo sur l’enregistrement, par cœur. Si le travail précédent a été fait consciencieusement, le fait de jouer par cœur devrait être quasiment déjà acquis. Retirer la partition permettra alors de mettre en valeur les derniers points à peaufiner pour maîtriser le solo.
Florent Souchet | 17 rue Pierre Semard 75009 Paris, France | +33 6 61 43 39 78 | souchetflorent@gmail.com